En écoute - installation interactive sonore avec 100 personnes et 200 flûtes éoliennes à Céüze, Hautes Alpes, France le 18 septembre - Journées du Patrimoine



Les journées du Patrimoine

À Céüze 100 personnes venues des communes du Buëch/Dévoluy créeront une chaîne humaine sonore interactive où les corps et le vent se mêlent.

Un projet en partenariat avec la CCBD avec 200 flûtes et 100 personnes qui se prêteront au vent de Céüze qui sera le chef d’orchestre d’un concert éolien. 

Une action symbolique et collaboratrice qui impliquera les 12 communes dans l’idée de créer une performance sonore en harmonie avec le lieu.
Dans un espace naturel, lieu de l'étonnement, de contemplation et d’expérience sensible, on aime réunir l’art, les sons, le paysage et aussi la réconciliation de l'homme et de la nature.
La capacité naturelle de cet environnement à faire paysage a inspiré l’artiste à le célébrer par des oeuvres discrètes et naturelles.

Une pensée sonore à Céüze, à son vent, pour le matérialiser en mélodie, avec des gestes éphémères et aléatoires.

Par un jeu d’interaction des ondes sonores, on pourra agir et s’enrichir de l’energie sonore appréciée à l’oreille comme une musique.
À l’écoute de Céüze grâce à une nouvelle empreinte musicale.
Cet espace créera des temps d’échange, de partage, de vibrations fragiles, le contact avec l’autre et avec le vent.
Ces sons sourds et e lieu de la performance et des installations éoliennes seront accessibles à tout public.
Des prises de vues aériennes par drone seront prévues.
Le projet part d’une volonté de mettre en valeur la montagne au niveau culturel et de faire de Céuze “le diamant du territoire”.

La démarche de l’artiste :
 
«Une fois qu’une empreinte a été identifiée, elle doit être protégée, parce que les empreintes sonores restituent la vie acoustique unique d’une communauté.» (Schafer)
On ne conçoit pas le vent comme un musicien, il ne produit pas des notes mais des flux sonores.
Notre perception dans cet environnement est globale, sans qu’à priori nous puissions réellement distinguer ce qui relève de l’ouïe, de la vue, du ressenti de l’épiderme, des odeurs…
Tous nos sens sont en éveil, stimulés.
Notre travail vise à permettre de s’ouvrir à l’écoute de ces « bruits naturels et non identifiés » en créant des promenades sonores, en disposant différents instruments sur les parcours du vent.
À travers ces créations, on a cherché à dessiner le vent, à en prendre conscience par l’écoute de sons naturels et inconnus.
Le vent produit toujours des sons différents en fonction de ses rencontres, des matériaux qu’il effleure, touche, frappe, de son intensité et de sa régularité, en rafales ou en brise marine…
Un volet qui claque, une branche qui frotte sur une vitre, le bruissement d’une feuille, la girouette qui grince, le vent dans les arbres bruissant comme un océan lointain, les voix du vent peuvent être irritantes et obsédantes, parfois émouvantes et apaisantes.
En jouant dans les flûtes et les orgues qu'on a conçu, le vent ne heurte pas, ne scande pas des rythmes obsédants, il fredonne une mélopée à plusieurs voix dans une harmonie étrange, pas d’accord à la tierce, simplement une ambiance sonore subtile et captivante. (AlejandroGuzzetti) www.alejandroguzzetti.net  

Rendez-vous le dimanche 18 septembre à 12h30 à haut de la Sapie.
Pique-nique tiré du sac.

Projet financé par la Communauté de Communes Buëch/Dévoluy, le Conseil Départemental des Hautes Alpes et l'association Espace Plaine, soutenu par les Mairies de Manteyer, Châteauneuf d'Oze et l'ONF.

Prise de vue aérienne par le drone d'Airlibre.



 


 

 

        


 
YouTube
Facebook
Newsletter subscription